Eh c’est Poulprof ! Aujourd’hui on va parler de quelque chose que tu pratiques certainement au quotidien. Quand tu fais tes courses, tu vas déposer un colis ou même faire réviser ta voiture, tu fais ce que l’on appelle dans le jargon ludique du Pick and Delivery, collecter et délivrer en français !

Poulprof

Comment ça marche ?

Dans le Pick and Delivery tu vas récupérer des ressources à un point A pour les livrer à un point B. Le chemin sera, bien entendu, semé d’embûches et bien souvent entravé par tes adversaires. A toi de te frayer un chemin pour arriver à destination.

Ah et j’oubliais ! Pour effectuer un max de points de victoire livre le plus possible de marchandise !


Un peu d’histoire…


Qu’est ce que ça apporte ?

De la rapidité. Tu vas toujours être en concurrence avec tes adversaires, le Pick and Delivery est enclin à une course effrénée. Tu devras aussi faire des choix importants. Tu ne pourras pas tout faire, choisis donc la bonne stratégie pour livrer tes ressources à certains endroits avant tes adversaires.

       Prépare tes coups les plus fourbes et impose ton jeu lorsque tu acceptes un jeu de Pick and Delivery ! Au risque de perdre la partie...

 


Quel jeu pour débuter ?

Je te conseille de commencer par Bombay :

  • Facile
  • Beau et immersif
  • Parfait pour l’initiation au Pick and Delivery pour petits et grands

 


Et maintenant quelques exemples


BLACK FLEET : Y a t il encore du rhum ?

Contexte : Tu prends place ici au sein de la piraterie pour sauver la fille du gouverneur.

Originalité : Les combats et la fourberie ! Tu diriges un bateau pirate pour attaquer tes adversaires et un bateau marchand pour transporter tes ressources.

Ce que ça apporte : Énormément d’interactions : attaques avec ton bateau pirate et surtout défends ton bateau marchand pour protéger tes ressources.


NIAGARA : Attention à la chute !

Contexte : Descends le courant des chutes du Niagara pour récupérer les plus belles ressources mais attention à ne pas tomber dans la cascade !

Originalité : Le courant de l’eau est retranscrit par des tuiles en verre qui se poussent entre elles.

Ce que ça apporte : Tu devras prendre des risques afin d’aller le plus loin possible pour ramener les meilleures ressources, tout en faisant attention de ne pas te faire emporter par le courant.


LORD OF XIDIT : Aux armes !!

Contexte : Tu devras ici sauver le royaume de Xidit des monstres qui le menacent en recrutant des paysans, soldats, mages ou encore archers.

Originalité : Les actions que tu effectueras seront cachées, tu dois programmer tes actions. De ce fait, peut être qu’un joueur ira chercher le soldat dont tu auras besoin avant toi, ou battre un monstre que tu avais dans ton viseur !

Ce que ça apporte : Pense à bien calculer tes mouvements pour optimiser la récupération des ressources et la livraison sur le lieu où se trouve le monstre. Une action c’est hyper important ! Tension entre les joueurs(euses) pour anticiper les mouvements.


ESSEN THE GAME : As tu testé ce jeu ?

Contexte : ESSEN c’est un festival, que dis-je LE festival le plus populaire en Allemagne concernant les jeux de société. Là bas, tu pourras tester et acheter les dernières nouveautés.

Originalité : Le jeu propose de parcourir les allées du festival pour tester et acheter les jeux. Il faut penser à sortir vers le parking pour stocker tes jeux dans ta voiture.

Ce que ça apporte : Tu retrouveras les mêmes sensations que lorsque qu’on se rend au festival ! C’est clairement un jeu de fan-made et si tu y es déjà allé, tu auras l’impression d’y retourner en jouant à ce jeu.


ISTANBUL : Qui veut des joyaux ?

Contexte : Parcours ici les allées du marché d’Istanbul, afin d’acheter des ressources pour ensuite les vendre aux endroits indiqués.

Originalité : Les lieux d’achats et de livraisons sont placés aléatoirement via des tuiles. Ce qui offre une excellente rejouabilité. On retrouve un peu de développement avec l’amélioration de ton chariot qui sera ton moyen de stockage.

Ce que ça apporte : Pense à bien anticiper tes actions pour acheter au bon moment puis de livrer un max de ressources. C’est clairement un jeu d’optimisation avec très peu d’interactions.


BRASS LANCASHIRE : La révolution industrielle

Contexte : La révolution industrielle prend place dans l’ouest britannique. Produits et achemines tes ressources à travers une voie ferrée.

Originalité : Ici ce sont les joueurs(euses) qui devront créer leurs propères lieux de production pour livrer les ressources dans les ports, en créant également leurs propres réseaux de transport ferroviaires.

Ce que ça apporte : Sensation d’une véritable construction d’un empire industriel grâce aux voies ferrées, aux ports et au développement des bâtiments de plus en plus puissants.


Le coup de cœur de Poulprof

BRASS : LANCASHIRE

Ce jeu, c’est tout une histoire pour moi ! Je l’ai découvert pour la première fois sous le nom de Age of Industry. Ce dernier est inspiré du jeu Brass (qui a ensuite été réédité). Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce jeu (ou ces jeux plutôt) c’est la sensation de développement : tu devras poser ou défausser des tuiles de niveau 0 pour accéder aux ceux d’un niveau supérieur et ainsi de suite. Au fil du jeu, tes bâtiments sont de plus en plus gros et puissants.

Ce qui est également très intéressant c’est le principe d’utiliser des bâtiments adverses. Tu produis, tu construis ta voie de transport, et tu peux ensuite livrer tes ressources dans un bâtiment adverse. Ce qui le consomme et ainsi entraver les plans de ton adversaire. Tu vas donc toujours faire attention à ce qu’ils font et être très opportuniste !

Un marché des ressources est aussi présent pour fixer un prix à ces dernières, ainsi tu pourras non pas les produire mais les acheter ! Et parlons justement d’argent. Dans ce jeu c’est très tendu ! Tu pourras, et tu devras, faire des emprunts pour acheter ce qu’il te faut et créer un vrai moteur pour la suite ! Attention à bien les rembourser en fin de partie, au risque de perdre des points de victoire.

Je me souviens d’une partie il y a quelque temps, j’avais une stratégie toute définie en créant mon chemin de fer de mon coin avec mes petites usines de production, j’avais mes ports de livraisons tout se passait dans le meilleur des mondes. Jusqu’au moment où…. Un de mes adversaires a décidé de ramener son grain de sel : il utilisait la plupart de mes ports de livraisons… J’ai dû remédier à ça et continuer sa percée sur le territoire ennemi pour livrer mes ressources coûte que coûte dans les ports adverses.

Un grand merci à Martin Wallace pour ce jeu d’exception, et tous les autres bien sûr. J’adore le style des jeux de cet auteur : toujours tendu au niveau argent et une bonne interaction entre les joueurs(euses).


Ludographie

  • Awalé, jeu d’un inconnu au bataillon, illustré par quelqu’un, 550
  • Bombay, jeu de Cyril Demaegd, illustré par Stéphane Poinsot, 2009
  • Black Fleet, jeu de Sebastian Bleasdale, illustré par Denis Zilber, 2014
  • Niagara, jeu de Thomas Liesching, illustré par Victor Boden, 2004
  • Lord of Xidit, jeu de Régis Bonnessée, illustré par Xavier Gueniffey et Stéphane Gantiez, 2014
  • Essen The Game, jeu de Fabrice Beghin, Frédéric Delporte et Etienne Espreman, illustré par Cyrille Breuil
  • Istanbul, jeu de Rüdiger Dorn, illustré par Andreas Resh et Hans-Georg Schneider, 2014
  • Age of Industry, jeu de Martin Wallace, illustré par Peter Dennis, 2010
  • Brass : Lancashire, jeu de Martin Wallace, illustré par Gavan Brown, Lina Cossette, Peter Dennis et David Forest, 2007